Un foie gras peut vous rendre malade et fatigué : 6 signes à détecter

La stéatose hépatite non-alcoolique, aussi appelée maladie du foie gras ou NASH, résulte d’une accumulation de graisses dans le foie. En France, cette maladie encore peu connue toucherait plus de 18% de la population. Très fréquente chez les personnes diabétiques ou en surpoids, la stéatose hépatite non-alcoolique peut parfois passer inaperçue et engendrer un certain nombre de complications. Cette surcharge graisseuse accumulée dans l’organe de filtrage peut augmenter les risques de problèmes de santé. Néanmoins, il est nécessaire de sensibiliser les personnes face à ce fléau en plein expansion. Pour ce faire, passons en revue les symptômes associés à la maladie.

Selon le professeur Victor de Lédinghen, hépatologue au CHU de Bordeaux, la maladie du foie gras survient lorsque « des gouttelettes de graisses atteignent les cellules hépatiques et s’y accumulent ». Ce phénomène provoque une inflammation et des lésions hépatiques qui peuvent passer inaperçus pendant un certain temps. Contrairement à la stéatose hépatique qui est associée à un excès d’alcool dans le foie, la maladie du foie gras puise son origine dans les apports alimentaires d’un individu.  Une alimentation riche en graisses peut engendrer un taux élevé de triglycérides dans le sang et se traduira par un foie malade.

Quelles sont les causes de la stéatose hépatique non-alcoolique ?

Comme l’indique le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue, à nos confrères du Figaro, la stéatose hépatique non-alcoolique concernerait principalement les personnes atteintes d’obésité ou de syndrome métabolique. En réalité, une alimentation trop calorique et riche en graisses ainsi qu’un manque d’activité physique peuvent rendre l’organisme résistant à l’insuline. Or, « quand l’insulino-résistance est élevée, cette graisse abdominale vient inonder le foie de lipides transportés par la veine porte ». Le foie stocke alors des lipides qui ne parviennent plus à être éliminés par l’organisme.

Quels sont les risques associés à un excès de graisses dans le foie ?

Si l’expansion de cette maladie inquiète les spécialistes dans l’Hexagone, c’est parce qu’elle peut engendrer un certain nombre de risques pour la santé. La stéatose hépatique non-alcoolique augmente les risques d’accidents cardio-vasculaires, de diabète mais aussi de cancers extra-hépatiques, révèle Le Figaro. En outre, cette maladie peut engendrer une inflammation des cellules du foie, qui peut déboucher sur une nécrose. Lorsque la maladie s’installe, les lésions hépatiques peuvent former une fibrose qui peut progresser jusqu’à la cirrhose, indique le Pr Vlad Ratziu, hépatologue à l’hôpital Pitié Salpêtrière de Paris. Ainsi, la maladie peut évoluer entrainant de graves complications telles que des hémorragies digestives, une insuffisance hépatique ou une encéphalite hépatique. Par ailleurs, « ces cirrhoses augmentent de 2% par an le risque de cancer du foie », déclare-t-il.

Quel sont les symptômes de la maladie du foie gras ?

Souvent, la maladie de NASH est considérée comme asymptomatique et peine à être détectée par ceux qui en souffrent. Mais dans certains cas, des symptômes révélateurs peuvent survenir pour signaler cette maladie. Selon la Mayo Clinic, voici les signes qui doivent vous alerter :

–         Une fatigue inhabituelle : lorsque le foie souffre d’un excès de graisses, il peut affaiblir l’ensemble du corps qui manquera d’énergie

–         Une douleur abdominale insupportable : l’excès de graisses dans l’organe hépatique peut engendrer un inconfort et une douleur lancinante au niveau de l’abdomen

Dans un stade plus avancé, les personnes qui souffrent de la maladie peuvent constater :

–         Un gonflement abdominal : aussi appelée ascite, le gonflement abdominal résulte d’une accumulation de liquide dans la membrane qui entoure les viscères de l’abdomen

–         Une hépatomégalie : lorsque le foie et la rate prennent plus de volume sans raison apparente, c’est le signe que le foie est surchargé de graisses

–         Un rougissement de la paume des mains : aussi appelée érythromélalgie, ce symptôme résulte d’une mauvaise régulation hormonale au niveau de l’organe hépatique

–         Jaunissement de la peau et des yeux : la jaunisse est un des symptômes les plus révélateurs d’une cirrhose.

Comment prévenir la stéatose hépatique non-alcoolique ?

Pour prévenir la maladie, des mesures d’hygiène semblent être de mise :

–         Perdre du poids : comme l’indique le professeur Lawrence Serfaty, hépatologue « une perte de poids de 5% à 10% suffit à faire régresser la NASH et à réduire la fibrose ». Ainsi, le contrôle pondéral semble nécessaire pour réduire le risque de souffrir de la maladie du foie gras.

–         Privilégier des aliments sains : les fruits, les légumes, les céréales complètes, les légumineuses et les bonnes graisses peuvent aider à limiter le risque de la maladie. En outre, réduire sa consommation de viande rouge, de sucre et de graisses sont également des mesures à adopter.

–         Faire de l’exercice physique : s’adonner régulièrement à une activité physique aide non seulement à maintenir un poids santé mais aussi à limiter les dépôts de graisses dans le foie.